Faïencerie de Gien : entre savoir-­‐faire ancestral et créations contemporaines
29 mars 2018 Pauline
In Lifestyle

Presque 200 ans que la Faïencerie de Gien créée par Thomas Hall  insuffle un vent d’élégance sur la vaisselle Made in France. Désormais labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant et membre du prestigieux Comité Colbert, la manufacture a pourtant bien failli disparaître. Avec les bouleversements sociaux, économiques et politiques que subit la France durant la première moitié du XXème siècle et la forte concurrence italienne et portugaise des années 70, la vie de la manufacture n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Mais depuis 1984, la Faïencerie de Gien connaît un second souffle, notamment par l’offre d’une nouvelle gamme de pièces peintes à la main, numérotées et à tirage limité, et en s’associant à des noms célèbres comme Paco Rabanne, Andrée Putman, ou Isabelle de Borchgrave pour concevoir des nouveautés et magnifier la Faïence. Et c’est véritablement depuis 2014 que, tel un phénix, elle renaît de ses cendres, et connaît un véritable rebond grâce à sa reprise par Yves de Talhouët entouré d’associés passionnés, qui conscients de la valeur de ce patrimoine exceptionnel à préserver ont décidé d’explorer de nouvelles pistes pour mettre en valeur ce savoir-faire d’excellence et accroître la notoriété de a Faïencerie de Gien.

Parce que la Faïencerie de Gien est un fleuron du savoir-faire français et qu’elle est le partenaire du Club Guilde des Orfèvres, 1895 a décidé de mettre en lumière la Faïencerie de Gien dans le Loiret pour vous faire découvrir son savoir-faire et ses créations.

Faïencerie de Gien : entre savoir-­‐faire ancestral et créations contemporaines

@gien

Un héritage précieux

La Faïencerie de Gien n’est pas une entreprise comme les autres. Elle fascine par son histoire romanesque, séduit par sa vision de l’art de vivre à la française, éblouit par son savoir-faire. Eprise de modernité et d’innovation, elle mêle tendance actuelle et héritage au service de la qualité et de la créativité et pour magnifier une matière vivante et chaleureuse, la faïence.

Quelques mots sur cette incroyable épopée. La manufacture a une longue histoire ponctuée de nombreux succès, sa renommée tient entre autre, à la fabrication des services de table et armoiries des plus grandes familles de France et d’Europe, et des carreaux du métro parisien. Thomas Hall achète l’enclos et les bâtiments du Couvent des Minimes situés sur les bords de Loire, la ville de Gien possède alors plusieurs atouts indispensables au bon développement de l’entreprise : carrefour commercial important, elle regorge de matières premières (argiles, sables, cailloux siliceux de Loire), et bien entendu sa proximité avec le fleuve qui permet l’acheminement du bois des forêts d’Orléans pour les fours de cuisson. Au XIXème siècle, la manufacture, véritable ville dans la ville, avec ses logements, son dispensaire et son école, compte jusqu’à 1500 salariés. Aujourd’hui, dans les ateliers qui ont subsisté, 150 femmes et hommes perpétuent le savoir-faire, ces gestes reçus en héritage et synonymes d’excellence.

Faïencerie de Gien : entre savoir-­‐faire ancestral et créations contemporaines

@gien

Une fabrication ancestrale et Made in France…

La Faïencerie de Gien maîtrise localement encore aujourd’hui le processus de fabrication de ses Faïences, de la sélection des terres à la fabrication de la pâte jusqu’au produit fini.
Son savoir-faire bicentenaire permet de produire une Faïence d’une finesse et d’une qualité exceptionnelle : chaque pièce passe entre les mains de trente faïenciers, qui travaillent la pâte, moulent, façonnent, émaillent, cuisent, décorent. Un travail long et minutieux qui fait de la Faïencerie de Gien une manufacture d’exception.

… Pour une Faïencerie en connivence avec son temps

Tandis que tulipes, capucines et chardons en noir et blanc de la collection Fleures noires envahissent avec sophistication et poésie un service d’assiettes, les fleurs multicolores des jardins de la collection Bagatelle rehaussent de romantisme une délicate théière tout en rondeur, et la végétation chatoyante aux teintes vives et vibrantes de la collection Jardins Extraordinaires ouvre les pages d’un carnet de voyage sur des coupes élégantes.

Les différentes collections de la Faïencerie de Gien enchantent et émerveillent : de l’élégance, de la gaieté et de l’humour. De nouvelles gammes sans cesse retravaillées, s’appuyant sur les racines de l’entreprise, tout en étant contemporaines. La manufacture possède en effet un précieux trésor : 4000 moules et 5000 plaques de cuivre gravées de dessins. C’est dans cet époustouflant patrimoine que les stylistes de la maison fouillent, dénichent et repensent les modèles du passé pour proposer des pièces ultra contemporaines. De quoi séduire des magasins de luxe à l’internationale, tels que Bergdorf Goodman à New York ou Isetan à Tokyo, et devenir des ambassadrices de l’excellence à la française.

Mais la Faïencerie de Gien a une autre botte secrète : la collaboration avec les artistes. En précurseur, elle enrichissait déjà ses collections de la fin du XIXème siècle de l’imaginaire des artistes qu’elle sollicitait pour décorer ses faïences. Aujourd’hui encore, la richesse des collections est notamment apportée par le geste d’un artiste peintre ou d’un graveur, invité à imaginer de nouveaux décors et de nouvelles formes. Cyril Destrade, Isabelle Barthel, Isabelle de Borchgrave, et de nombreux autres offrent renouvellement et créativité aux services de la Faïencerie.

Des femmes et des hommes passionnés, des techniques de fabrication ancestrales, un savoir-faire inégalé, une qualité exceptionnelle, des créations contemporaines font de la Faïencerie de Gien une manufacture unique qui a encore de beaux  jours devant elle.

 

Faïencerie de Gien : entre savoir-­‐faire ancestral et créations contemporaines

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*