A chaque âge, un style ?
31 janvier 2018 Pauline
In Lifestyle, Mode
A chaque âge, un style ?

Quel est votre âge ? Celui qui est inscrit sur votre carte d’identité ? Celui dans votre tête ? Dans votre miroir ? Chez 1895, on pense que ça ne regarde que vous. L’important est ce que vous avez décidé d’en faire.
Il y a un âge pour tout, dit-on. Mais, à l’heure où la mode ne différencie plus guère les générations, on se demande si l’injonction n’est pas franchement dépassée. Mais peut-on, pour autant, s’habiller à 40 ans comme à 20 ans ?

Il y a encore quelques petites dizaines d’années, passé un certain âge – lequel exactement, difficile à dire –, les femmes se sentaient l’obligation de raccourcir leurs cheveux et de rallonger l’ourlet de leurs jupes. Interdiction de tomber dans l’allure vieille midinette ou de choquer à la sortie de l’école de ses enfants en jean troué. Mais les codes vestimentaires ont évolué. Il est désormais naturel de voir une mère et sa fille essayer les mêmes vêtements dans une boutique. Elles partagent désormais leur vestiaire et les marques influencent largement ce phénomène en faisant de la tendance du co-dressing leur axe de communication. Mais puisque la tendance autorise le mélange des penderies, l’on perd vite ses repères et les questions fusent lorsque vient le moment de choisir une tenue pour la journée : est-ce raisonnable d’envisager ces baskets zébrées pour aller travailler ? Vais-je être prise au sérieux avec ce sweat à message ? Alors, en pleine confusion générationnelle, comment éviter les écueils et ne pas tomber dans le piège du jeunisme ? Pour répondre à ces questions, 1895 a décidé de donner la parole aux femmes.

«  A 44 ans, je pioche avec discernement dans les affaires de ma fille, qui pioche régulièrement dans les miennes », confesse Florence. « Moi, je constate souvent dans les boutiques qu’un même vêtement peut être porté de manière différente pour mettre la femme en valeur en fonction de son âge. Une fois dans les cabines d’essayage d’un magasin, je me suis retrouvée nez à nez avec une jeune fille qui essayait la même robe-chemise que moi, sauf qu’elle la portait avec des sneakers tandis que j’avais rechaussé mes bottines à bouts pointus et que j’avais entrepris de ceinturer la robe. Le rendu était totalement différent, je n’avais pas l’air d’une fillette, mais d’une quarantenaire féminine ! ». Mais au quotidien, le look de Florence, c’est plutôt jean slim, derbies et pull oversize. Elle collectionne aussi les mini-jupes portées sur des collants opaques. Sa propre mère souhaiterait qu’elle assagisse son look, mais Florence estime qu’elle est « dix fois plus libre qu’elle au même âge. Je ne prône pas le jeunisme, je veux seulement être moi. Si je porte des slims et des minis, c’est parce que c’est moi. Et j’ai la liberté de pouvoir le faire ». Avec les années, Florence n’a pas pour autant oublié de faire évoluer son look. « A mon âge, je pense qu’il est important de ne pas s’avachir. Dans tous les sens du terme. Je fais attention à me tenir droite et je veille toujours à être impeccable et soignée. Je me suis débarrassée de mes besaces, je ne porte que des sacs à mains de marque, qui font très dame. Je trouve ça plus chic. Et ça me correspond. Et je ne porte plus de chaussures molles, je privilégie les mocassins et les derbies, ou les escarpins si le jeu en vaut la chandelle ! ».
Faire évoluer son look avec son âge, c’est peut-être tout simplement ça. Abandonner les tissus de mauvaise qualité, les coupes approximatives, les fioritures bas de gamme, et miser sur de belles pièces. Faire le choix de matières précieuses, comme la soie, le velours ou le cuir. Des matières qui vieillissent bien, des vêtements aux coupes qui ne se trahiront pas après quelques lavages, des teintes affirmées, et des détails modernes. Un shopping mieux ciblé, qui signe une allure.

Faire évoluer son look avec son âge peut être aussi une sorte de nécessité. Parce que le corps change. « Avec les années, mon corps s’est transformé. Les grossesses, les régimes, le sport, le stress… On maigrit, on grossit, on se muscle. On s’enrobe, on prend du volume en haut, on s’affine du bas. C’est tout un bazar ! ». Chantal en rit mais elle nous confie aussi que « ça n’a pas toujours été facile. Et de tout repos ! Il faut se réapproprier son corps, apprendre à l’aimer. Apprendre à le mettre en valeur malgré tous ces changements. A certains moments, j’ai eu l’impression d’être déguisée. Je m’habillais avec des vêtements qui ne me correspondaient pas, ou plus. En fait, je ne savais plus vraiment comment m’habiller. Ma silhouette s’est beaucoup modifiée et je n’arrivais pas à suivre ».
Avec le temps qui passe et les transformations que subit le corps, on peut souhaiter plus de confort et de naturel. Chantal nous dit avoir « misé sur des vêtements plus fluides, des matières plus douces, des tissus impeccables, des coupes nettes et contemporaines. Je ne voulais pas me sentir étriquée. Je voulais du confortable sans paraître laisser-aller ».

Ou au contraire, avec le temps, certaines se sentiront prêtes pour une allure plus audacieuse. « Plus j’avance en âge, plus j’ose. Je sais ce qui me plaît, je sais ce qui me va et j’ose affirmer mes goûts vestimentaires » nous témoigne Carine. « A 20 ans et même encore à 25, lorsque j’étais en stage ou au début de ma carrière professionnelle, je devais m’habiller ‘’très dame’’, me vieillir même si possible parce que je devais m’imposer. C’était d’un ennui ! Et puis, vu que je n’aimais pas la façon dont j’étais habillée, j’étais mal à l’aise. Mais maintenant, j’assume. Je devrais sans doute toujours porter ce costume de dame qui ‘’correspond’’ soi-disant à mon âge et au poste que j’occupe mais je n’ai pas envie de me fondre dans un moule. Je fais mes visites de chantier en jupe, je porte un sweat sous mon blazer, je préside des réunions en bombers et baskets. Parfois, je me demande si c’est encore bien de mon âge. Mais l’hésitation ne dure pas plus d’une minute. Je sais que je ne suis pas moins crédible. L’âge m’a apporté de l’assurance et mon allure affiche une femme de caractère pas vraiment dans les codes classiques certes, mais je suis à l’extérieur comme à l’intérieur. Donc en harmonie. J’étais ultra-timide plus jeune, maintenant je m’assume. Et ça me fait un bien fou ». Avec la maturité, on ose davantage s’éloigner des diktats pour se sentir en cohérence avec ses choix vestimentaires jusqu’aux coupes, aux matières, aux couleurs et même aux imprimés. Pour certaines femmes, c’est une évidence, elles savent que la mini-jupe, les Converse ou le jean effiloché, ne sont plus pour elles. D’autres ne se posent pas la question et portent jupes courtes et baskets quel que soit leur âge. Mais pour celles qui doutent, la question à se poser est peut-être celle de savoir ce que votre âge représente pour vous. Et d’où viennent vos croyances, le lien avec l’éducation reçue, les codes sociaux auxquels vous vous soumettez, les responsabilités qui sont les vôtres. Vous pouvez faire aussi des aller-retour sur vos convictions et décider de changer de croyances. Et de faire un pied de nez aux diktats. L’essentiel est de se sentir à sa place. De chercher la cohérence entre l’intérieur et l’extérieur, comme Carine.

Souvent, il ne s’agit pas d’une révolution. Béatrice, a fait évoluer son style parce qu’elle ressentait le besoin de changer quelque chose. Elle ne se sentait plus tout à fait en accord avec elle-même. En apparence, peu de changements, et pourtant, en elle, s’est opérée une véritable mue. « En septembre dernier, j’ai décidé de changer de penderie, et j’ai pris le temps de regarder ce que j’avais dans mon dressing. Parce que jusque-là, je dois dire que je n’y réfléchissais pas beaucoup. J’achète peu de vêtements. Cela faisait dix ans que je portais les mêmes jeans slims, les mêmes pulls, simples, sans artifice. Mon dressing ne me faisait clairement plus vibrer. Il fallait que je change quelque chose. Je n’allais pas tout balancer, mais je voulais personnaliser davantage mon look. J’ai troqué mes godillots informes contre des derbies vernies et masculines, et j’ai craqué pour des bottines argentées. J’ai gardé mes pulls cols ronds classiques mais je les rehausse d’un joli foulard à pois. J’ose les pantalons larges et 7/8ème qu’on voit partout et qui mettent en valeur mes chevilles. Je trouve que j’ai plus d’allure. C’est toujours moi, mais en plus mature et plus moderne ». A l’instar de Béatrice, il est plus facile de faire évoluer son style en procédant par petites touches ou par étapes. Les changements radicaux ne tiennent pas dans la durée, juste le temps d’une soirée. La question est : quelle est votre valeur refuge ? La pièce de votre vestiaire dans laquelle vous vous sentez vous ? Une fois identifiée, il sera aisé pour vous de vous débarrasser du tailleur dans lequel vous ne vous reconnaissez plus, ou du jean qui ne flatte plus votre silhouette. Et gardez les pièces avec lesquelles vous vous sentez bien. Inutile de tout chambouler.
L’idée est d’intégrer de la nouveauté à ce que vous avez déjà. Une jupe crayon donnera du galon à une chemise en jean, un col lavallière assagira un perfecto en cuir, des collants plumetis dérideront votre tailleur jupe. Faire évoluer son style avec son âge c’est peut-être tout simplement oser miser sur quelques pièces avec de la personnalité, insuffler un nouvel esprit à votre dressing.

Pour faire évoluer votre style avec votre âge, il ne convient pas de raisonner en terme d’âge finalement. La question à se poser est celle de savoir quel style vestimentaire vous correspond. A votre état d’esprit, à votre silhouette, à vos contraintes professionnelles pour certaines. Pour faire  simple, le look doit être en cohérence avec l’esprit et la cuisse !

Les bijoux, eux, sont intemporels. 1895 est certes peut-être un peu parti pris en affirmant cela mais vous conviendrez qu’il existe une certaine vérité derrière cette déclaration. En revanche, vos goûts et vos envies, eux, peuvent changer au fil du temps ou même d’un jour à l’autre. Les bijoux Guilde des Orfèvres vous offrent justement cette liberté. Celle d’être tantôt mystérieuse, audacieuse, inspirante, romantique ou minimaliste. Avec les différentes collections de bijoux de la Maison Guilde, vous pourrez facilement assumer de passer d’une personnalité à une autre. Les bijoux Guilde des Orfèvres sont faits pour toutes les femmes. Discrètes ou impertinentes, passionnées et passionnantes, qui choisissent leurs bijoux comme autant de signes extérieurs d’indépendance.

◊ Pour avoir du style à tout âge, découvrez l’univers des bijoux Guilde des Orfèvres ici.

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*