Les 6 expositions mode incontournables en 2018 !
10 janvier 2018 Pauline
In Culture, Mode
8 expositions mode à ne pas rater en 2018

Paris, jeudi 4 janvier. Une pluie battante s’abat sur la rue de Rivoli, les trottoirs ruissellent, le vent souffle par violentes bourrasques, retournant les parapluies et fragilisant l’équilibre des corps. Et pourtant ils sont là, transis de froid, trempés jusqu’aux os, épuisés mais motivés et confiants. Six heures trente d’attente, et enfin le Graal. Pouvoir franchir les portes du Musée des Arts Déco et découvrir la plus grande exposition de mode réalisée à Paris : Christian Dior, couturier du rêve, célébrant l’anniversaire marquant les 70 ans de la création de la Maison de Couture, et dévoilant les collections du couturier et ses successeurs, de Saint-Laurent à Galliano. A quatre jours de sa fermeture, l’exposition qui a déjà cumulé près de 650 000 visiteurs, accueille encore des milliers de retardataires qui se pressent aux portes du musée pour ne pas rater l’événement.

Paris, mercredi 10 janvier. L’exposition Dior a fermé ses portes depuis déjà trois jours et 1895 vous propose de faire le bilan. Trois profils se distinguent. Il y a les Organisés : un rappel sur le téléphone portable pour penser à prendre les billets, et viser le mois d’août pour fuir l’émeute des premiers jours mais avoir vu l’expo avant les collègues et les amis. Les Spontanés : mi-octobre, jour de semaine, pas de queue à l’horizon et le tour est joué. Et puis viennent les Rois de la procrastination : « on a le temps, c’est jusqu’en janvier » est leur rengaine. Ils étaient rue de Rivoli le 4 janvier, s’armant de patience sous la pluie, et ont eu l’impression de mériter plus que personne d’autre d’avoir vu l’exposition Dior.

Avec Christian Dior, couturier du rêve, Fortuny, un Espagnol à Venise, ou encore Balenciaga, l’œuvre au noir, l’année 2017 a été riche en expositions et rétrospective mode. Et 2018 devrait satisfaire les envies mode des afficionados de Haute Couture. Au programme cette année : Martin Margiela et Azzedine Alaïa par deux fois, , Versace, Fendi…  8 expositions qui se remémoreront la mode à ne manquer sous aucun prétexte. Aussi, 1895 a établi pour vous, Organisés, Spontanés ou Rois de la procrastination qui ne veulent plus jamais avoir les pieds mouillés, un agenda des 8 expositions mode à voir absolument. A Paris, en Europe, et même outre-Atlantique. A vos calendriers, almanachs et autres bloc-notes pour une année résolument Haute Couture.

Deux expos pour Azzedine Alaïa

8 expositions mode à ne pas rater en 2018

Décédé le 18 novembre dernier, Azzedine Alaïa, maître de couture admiré et figure incontournable de la mode française, a laissé une mode meurtrie par son départ mais enrichie de ses créations. Avec comme marque de fabrique de sublimer les courbes des femmes grâce à des coupes précises et élégantes, Alaïa travaillait tant les tissus les plus luxueux que les matières innovantes, et mêlait son précieux savoir-faire aux techniques modernes. Souvent comparé à un sculpteur, Alaïa, délaissant le dessin, préférait créer ses robes à même le corps des femmes. Outre sa maison de couture qui lui rendra hommage dans son atelier à Paris durant la semaine de la Haute Couture et des défilés masculins, le couturier fera l’objet d’une seconde exposition, dont il est en partie lui-même le curateur, de l’autre côté de la Manche cette fois. L’exposition sera inaugurée au London Design Museum, en même temps que l’ouverture de la première boutique londonienne de la Maison, au printemps prochain. Faisant écho à plus de 35 ans de couture, Azzedine Alaïa : The Couturier dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies spécialement par le couturier, acharné de l’élégance et du style, avant son décès. Des pièces intimes et chargées d’histoire. Des pièces confidentielles aussi. Un show qui promet d’être unique.

Azzedine Alaïa : The Couturier, du 10 mai au 7 octobre 2018, Design Museum, Londres.

Magiela x 2

8 expositions mode à ne manquer sous aucun prétexte.

Un créateur de génie pour une mode avant-gardiste. Deux expositions qui tenteront de lever le voile sur Martin Margiela, le couturier fantomatique et de talent qui fonda sa Maison de Couture en 1988 marquant le monde de la mode par ses créations entre mode et design. Celui qui a fait de l’anonymat l’une des caractéristiques essentielles de sa griffe se voit mis à l’honneur lors d’une prochaine exposition à Paris. Repoussée de deux années par Olivier Saillard pour proposer une scénographie originale et donner plus d’amplitude à cette rétrospective, elle sera enfin inaugurée au printemps au Musée Galliera sous le commissariat de Miren Arzalluz, sa nouvelle directrice.  L’exposition donnera à voir des créations phares de la Maison ainsi que les nombreuses influences du couturier au travers d’archives et de témoignages inédits.

Margiela/Galliera 1989-2009, du 3 mars au 15 juillet 2018, Palais Galliera, Paris.

2018 ou l’année Margiela

"Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination" au MET

En octobre 1997, Martin Margiela est nommé directeur artistique du prêt-à-porter femme de la maison Hermès. 7 années intenses d’expérimentations, 12 collections. Quand le pape de la déconstruction, le plus énigmatique de la jeune garde de l’Académie des beaux-arts d’Anvers rencontre Hermès, la maison luxueuse, pour ne pas dire trop vite bourgeoise. Soit disant impossible à bousculer. Une Maison, croyait-on, faite pour une femme qui aime qu’on la conforte dans ses valeurs. Des noces heureuses. Celles de l’orange élégant et du blanc anonyme. Vingt après cette collaboration, que reste-t-il des années Margiela chez Hermès ?
Après un passage au Musée de la Mode d’Anvers, l’exposition consacrée à la collaboration du créateur belge avec la maison mythique du faubourg-Saint-Honoré, posera ses valises au Musée des Arts Déco pour donner à voir les créations phares de Margiela pour Hermès, véritables bijoux de modernité, de technicité et d’épure.

Margiela : les années Hermès, du 22 mars au 2 septembre 2018, Musée des Arts décoratifs, Paris.

Le style Versace à Berlin

Les 6 expositions mode incontournables en 2018 !

Berlin accueillera dès la fin du mois une rétrospective consacrée au travail du créateur italien de génie, Gianni Versace. Disparu il y a vingt ans déjà, Gianni Versace, fondateur de la maison éponyme, a laissé derrière lui un puissant héritage créatif, impérissable, inépuisable. À jamais associé à un style opulent, à une silhouette glamour et féminine, le styliste italien continue d’inspirer sa sœur Donatella Versace, désormais à la tête de la griffe milanaise, mais aussi le monde de la mode. Pour cette rétrospective, une sélection de créations de Gianni Versace réalisées pour des stars de la chanson dont il était proche, telles que Prince, Madonna ou encore Elton John. Réalisée en collaboration avec le collectionneur napolitain Antonio Caravano, la rétrospective présentera également des pièces spécialement conçues pour les grands tops models des années 90, lui dont on dit souvent qu’il a inauguré l’ère des supermodels a fait le succès de quelques unes de ces mannequins superstars qui ont joué le rôle de muse pour le créateur.

Rétrospective Versace, du 30 janvier au 14 avril 2018, Palais kronprinz, Berlin.

Les liens historiques entre Fendi et le cinéma

Les 6 expositions mode incontournables en 2018 !

Fendi présente l’exposition Fendi Studios et célèbre les liens étroits qui unissent la Maison romaine au monde du cinéma. A travers une scénographie entièrement digitale et immersive, les visiteurs deviennent protagonistes des films auxquels Fendi a contribué, allant de la New Wave italienne aux superproductions américaines.

Innovante et surprenante, l’exposition Fendi Studios met à l’honneur le savoir-faire de la Maison et la relation durable qu’elle entretient avec le septième art. Cinq studios interactifs proposent une expérience digitale inédite et multisensorielle afin de découvrir les créations réalisées par Fendi.

“Fendi Studios”, jusqu’au 25 mars au Palazzo della Civiltà Italiana, Rome. Entrée libre. Réservation des projections sur Fendi.com.

La photographie de mode de Peter Knapp s’expose à la Cité de la mode

La photographie de mode de Peter Knapp s’expose à la Cité de la mode

Une exposition qui met en lumière le travail d’un photographe. Peter Knapp. Celui qui révolutionna la photographie de mode. Sous son œil, les mannequins se libèrent, semblent prendre vie, montrent leurs émotions, se meuvent. De Courrèges à Cardin en passant par Mugler, Montana ou Ungaro, Peter Knapp raconte à travers ses clichés l’émancipation des femmes, accompagne la transformation de leur vestiaire avec la généralisation du prêt-à-porter et du travail féminin. Regroupant les travaux du photographe sur deux décennies, les années 60 et 70, l’exposition mise en scène par l’architecte et scénographe Vasken Yéghiayan, propose un parcours intérieur et extérieur au sein de la Cité de la mode et du design. Une exposition organisée en 4 thématiques : l’ivresse de la liberté, l’utopie photographique, la volupté simple des corps, les temps de la mode. Un must-see.

Dancing in the street Peter Knapp et la mode – années 1960-1970, du 9 mars au 10 juin 2018, la Cité de la mode et du design, Paris.

“Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination” au MET

"Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination" au MET

La religion a toujours inspiré les créateurs. Après Rei Kawakubo et Comme des Garçons, le Metropolitan Museum of Art s’intéresse en 2018 à la place de l’imagerie chrétienne dans la mode à travers sa prochaine exposition de printemps, soutenue par Christine et Stephen A. Schwarzman, Versace et Condé Nast, baptisée Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination. Robes précieuses d’inspiration byzantine chez Chanel et Dolce & Gabbana, le jardin d’Eden version haute couture chez Valentino, manteau de cardinal réinterprété en version soir chez Balenciaga… Les images, histoires et symboles chrétiens, car ils font appel à un imaginaire collectif, inspirent les créateurs de mode qui n’hésitent pas à puiser dans les Testaments pour penser leurs collections. Le Costume Institute, le gigantesque département mode du MET, présente pour le printemps prochain, plus de 150 pièces assumant ce lien puissant entre catholicisme et mode. Robes, manteaux, bijoux, accessoires, tout droits sortis d’un vestiaire de princesse chrétienne, se donneront à voir du 10 mai au 8 octobre 2018, répartis sur trois grands espaces. Fait exceptionnel, le Vatican prêtera une cinquantaine de pièces exceptionnelles, provenant, certaines, de la chapelle Sixtine, comme des robes papales, des bijoux, tiares et autres trésors ecclésiastiques, datant du 18ème siècle à aujourd’hui. Et comme le thème de l’exposition du MET rythme son prestigieux gala annuel, les invités de la soirée devront s’approprier cette imagerie chrétienne. Qui de Rihanna, Amal Clooney et Donatella Versace, hôtesses d’honneur cette année, fera impression sur le tapis rouge new-yorkais ? Réponse le 7 mai prochain.

Heavenly Bodies: Fashion and the Catholic Imagination, du 10 mai au 8 octobre 2018, Metropolitan Museum of Art, New York

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*