Clap de fin chez Colette : le concept store mythique ferme ses portes
20 décembre 2017 Nicolas
In Mode

colette, orthographié en lettres minuscules, est devenu en deux décennies, l’incarnation du Paris branché. Dès son lancement en 1997, colette s’est démarqué. Bien plus qu’une simple boutique, colette était déjà un concept store avant l’heure. Le magasin est vite devenu une adresse incontournable pour découvrir les tendances d’aujourd’hui et surtout de demain, une étape à ne pas manquer pour les touristes en visite à Paris, un lieu fédérateur et iconique, et même une institution reconnue dans le monde entier.  Retour sur la success story d’un lieu mythique.

Clap de fin chez Colette : le concept store mythique ferme ses portes

Colette ou le mélange des genres

Coup de théâtre le 12 juillet dernier, colette annonce sa fermeture pour le 20 décembre après vingt ans d’existence avec ces mots : « Colette Rousseaux arrive à l’âge où il est temps de prendre son temps ; or, colette ne peut exister sans Colette. ». Des adieux au sommet pour le magasin emblématique de la rue Saint-Honoré. L’adresse a ouvert ses portes en 1997 dans une section morne, à l’époque, de la rue Saint-Honoré pour devenir un lieu hybride, où y venir est un quasi rituel, dans lequel se côtoient des Parisiens et des touristes, des superstars et d’illustres inconnus, des marques de renommée internationale et des petits créateurs. Colette ferme ses portes et pour beaucoup c’est la fin d’un magasin sans équivalent, alors même qu’ont fleuri beaucoup de concept store dans la même veine que le 213 rue Saint-Honoré. Mais Colette est unique, en témoignent les mots de Karl Lagerfeld « c’est le seul magasin où je me rends, parce qu’ils ont ce que personne n’a ».  Une aventure partie de rien, dans une « no go zone mode » à l’époque, avec pour seule arme une envie insatiable de partager et de faire connaître et une curiosité sans limite.

Clap de fin chez Colette : le concept store mythique ferme ses portes

@NYTIMES Colette Rousseaux et sa fille Sarah les fondatrices de Colette

A l’origine de colette, un duo complémentaire et inséparable. Le magasin est dirigé depuis ses débuts par un binôme discret, Colette Roussaux et sa fille, Sarah Andelman et par une volonté, celle de réunir en un lieu l’art, la mode, la musique, le design. Des produits choisis au coup de cœur. Une boutique de 700 mètres carrés sur trois niveaux qui s’est rapidement imposée comme une référence d’un genre nouveau. La spécificité de colette ? Rassembler des marques et des objets introuvables dans la capitale, proposer une collection singulière d’articles, des collaborations inédites et des séries limitées. Télescoper la mode urbaine et le luxe, faisant cohabiter sweat à capuche et veste Yves Saint-Laurent, skateboards et gadgets high-tech. Colette, c’est une pépite street et ultra pointue qui mélange les genres, un bazar chic qui se renouvelle sans cesse et qui chaque semaine, tel un caméléon, change ses vitrines. Colette a gardé le rythme pendant vingt ans, avec un temps d’avance même. Chez colette, on vient chercher l’exclusivité.
Et on vient découvrir les talents de demain. Parce que colette c’est aussi une sorte de centrifugeuse, un tremplin pour les jeunes créateurs : être dans la sélection de colette, c’est une validation.

Clap de fin chez Colette : le concept store mythique ferme ses portes

©colette logo

colette c’est aussi une identité propre, un parfum d’ambiance reconnaissable entre mille, un bleu presque Klein fil rouge de nombreuses collaborations avec de grandes marques comme Chanel, une façon de vivre et même un état d’esprit.

En vingt ans, colette a bouleversé les trottoirs de sa rue. Aujourd’hui, le magasin baisse le rideau et cède ses murs à Yves Saint-Laurent qui ouvrira une boutique en mars 2018.

 

 

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*